Voir les contributions

Messages | * Sujets | Fichiers joints

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.

Sujets - fuchi

Pages: [1] 2
1
Cyber Agora / La neuro-puce se rapproche de la réalité...
« le: 14 Août 2008, 10:33:07 »
Certes, c'est plus d'un réseau neuronal qu'il s'agit, mais on commence à se rapprocher doucement du cyborg...

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080813/tsc-sciences-cerveau-robotique-c2ff8aa.html

2
Cyber Agora / Le camouflage optique fait doucement son chemin
« le: 11 Août 2008, 16:15:14 »
http://fr.news.yahoo.com/afp/20080811/tsc-science-physique-optique-invisibilit-c2ff8aa.html

Il ne s'agit plus des tours d'esbrouffre en utilisant des étoffes mimmétiques, mais bien de mettre au point des matériaux courbant la lumière pour se rendre invisible...

3
Au delà des gros robots, les mecha "non humanoïdes) sont rarement transposés en maquette en plastique.
Les quelques modèles existants sont souvent des maquettes en scratch (fabriquées de toutes pièces) produite en exemplaire unique pour les magazines japonais comme Hobby japan.

C'est donc avec grand plaisir que j'ai appris la sortie de l'hélicoptère de 2nd GIG en juin.
http://www.hlj.com/product/KBYKP-27

(et je me reprends à rèver d'une série de maquettes reprennants tous les hélicos imaginaires des oeuvres de Oshii...)

4
Cyber Agora / Appareil photo numérique...
« le: 11 Février 2007, 17:06:41 »
Je suis en train de me tâter pour un appareil photo (depuis un bout de temps).

Si c'était un compact, je cherche un appareil avec un objectif stabilisé, un viseur optique (pas uniquement une visée sur écran), si possible un zoom optique conséquent (pas le x10 de panasconic, je suis pas fou non plus), une capacité à faire de la vidéo 640x480 et un prix pas trop élevé.
Jusqu'ici j'ai trouvé le A710 IS de Canon

Si c'était un reflex, je cherche un bazar qui doit pouvoir faire des photos en rafale à 5 image par seconde (oui je suis exigeant) et un objectif zoom d'environ 100-300 mm stabilisé (à la rigueur le boitier peut être stabilisé à la place de l'objectif).
Jusqu'ici le moins cher (euphémisme) pour ce genre de demande semble être le 30D de canon avec un téléobjectif 70-300.

Si vous avez d'autres idées, je suis preneur.

5
(autrement qu'en les couvrant de "fluides corporels"... T_T)
(Si vous ne comprenez pas la référence... c'est que vous avez la chance de ne pas avoir vu certaines choses qu'il ne vaut mieux pas voir... :twisted: )

Alors voilà, après avoir en l'espace quelques heures acquis, utilisé et foutu en l'air un aérographe, je signe virtuellement mon grand retour à la maquette (j'ai tordu la pointe de l'aiguille dans un faux mouvement pendant le nettoyage... T_T bon, j'ai bon espoir de pouvoir encore l'utiliser, mais avec moins de précision...) avec en prime une idée saugrenue dont j'ai le secrêt.
Il y a quelques années (une dizaine en fait), j'avais écris un début de nouvelle où, dans un futur proche, un avion de transport stratégique futuriste volant au delà de mach 1, peuplé d'un équipage féminin à moitié à poil entretenant les chasseurs transportés, servait de support clandestin au parachutage d'un nageur de combat en haute mer, pour rejoindre l'air de rien un sous-marin s'apprêtant à lancer un commando qui... bref ! (ouais, dans le futur on sera capable de faire tout ça, j'étais encore optimiste à l'époque...).
Bref, de cette scène du nageur de combat traversant l'avion, les mécano femelles à moitié à poil* me sont revenu à l'esprit alors que je lisais ce sujet :
http://www.checksix-forums.com/showthread.php?t=129138
(regardez la photo des pilotes à droite)
 
Et donc, le déclic : tant qu'à mettre des filles en modélisme, autant aller les chercher là où il y en a, c'est à dire dans les garage kits d'animation. Je ne sais pas encore trop ce que ça pourrait être, mais j'imagine bien un avion avec quelques personnages à côté (de GITS ? cela pourrait être avec l'hélico à rotors basculants ? ou complêtement autre chose ?). Reste le problème de l'échelle... Même avec une maquette d'avion au 1/32, il risque d'être dur de trouver un garage kit adequat... et d'autant plus un garage kit un tant soit peu crédible (attention je ne dis pas que je suis contre les petites culottes, mais je cherche un minimum de cohérence : pas de magical girl dans le F-16 quoi... oui je sais il y avait bien Aika mais bon... on va dire que c'était vaguement crédible...). J'ai par exemple une jolie figurine de la petite Rena Hirose d'Ace combat 3 qui ferait très bien à côté d'un Su-37 (qu'elle pilote dans le jeu) modifié, mais à vue d'oeil, son échelle doit tourner autour du 1/15...
 
Bref, si vous avez des idées de diorama (grosso modo incluant un engin (un mecha quoi, mais évitez les gros robots bipèdes), de figurines (pas trop grandes donc, au 1/35 ce serait parfait), c'est le moment, parce que moi là j'ai la niak, au moins au point de vouloir ajouter un projet à ma longue liste de maquettes/diorama à faire  :roll:
 
*(parce que, à l'image de ce qui se fait pour le B-2, les avions devaient être stockés à un degré d'hygrométrie précis et une température particulière, que j'avais fixé perversement comme élevée :twisted: )

EDIT : tiens, ben on dirait que certains ont déjà eu mon idée... enfin moi je préférerais éviter ce genre de sujet polémique et prendre une orientation futuriste...
http://www.akibablog.net/archives/img/2006-08-23-520.html

6
Manga et Anime / A Scanner Darkly
« le: 7 Octobre 2006, 23:56:59 »
J'ai passé un mois de septembre infernal (et ça continue en octobre  :shock: ) et je viens seulement de remarquer que A Scanner Darkly est sorti en salles depuis le  septembre  :roll:

Je ne suis pas encore allé le voir, mais je crée le sujet tant que j'y pense.
Je laisse ceux qui l'ont déjà vu en dire ce qu'ils en ont pensé, si possible par rapport à la nouvelle originale de Philipp K. Dick.

J'aurais rattrappé mon retard dans quelques jours  :P

7
Voici le lien vers la news de Catsuka.

Et la vidéo en elle-même (8 Mo).

Un mirroir http pour ceux qui auraient du mal avec le protocole mms.

Il s'agit donc d'une oeuvre amateur qui a valu à son auteur d'être engagé par Production IG.
Voici un screenshot qui en dit long :


Pour rappel, le background de Jin Roh/Kerberos Panzer Cops n'est pas la seconde guerre mondiale mais le Japon d'après-guerre, alors la vie politique est particulièrement instable et violente (émeutes, assassinats, opposition virant au terrorisme : à noter qu'une telle époque a réellement existé après la guerre, vers la années 1950). La part de fiction rajoutée par l'oeuvre de Oshii tient dans la répression armée des troubles par une unité spéciale de policiers en armures lourde utilisant des armes de guerre allemandes (à noter une fois de plus que les forces anti-émeutes japonaises de l'époque étaient réellement assez méchament équipées, mais pas d'armes de guerre tout de même). S'agissant dans l'oeuvre de troubles internes à la capitale Tokyo, il n'y a aucune orientation raciale (ni même politique, les différents bélligérant ne parlant pas des idées pour lesquelles ils combattent) à y chercher.

Le trailer amateur visible ici transpose lui ces troupes en armures dans d'hypothétiques combats pendant la seconde guerre mondiale.

Tout cela est de fort bon augure pour le prochain film Kerberos Panzer Cops prévu pour 2009  :P (qui ne se passera pour autant probablement pas en Europe).

8
Manga et Anime / Coyote ragtime show
« le: 13 Juillet 2006, 18:58:59 »
Cet après-midi j'ai successivement effacé (donc abandonné le visionnage) du Blood+, Jyu oh sei et une troisième série puante que j'ai déjà oublié.
Alors que je me demandais si Ergo proxy serait la seule série survivante de mon petit nettoyage (et encore, c'est parce qu'elle fait office d'un merveilleux somnifère : une possologie d'un demi-épisode suffit pour s'endormir le soir) j'ai regardé le premier épisode de Coyote Ragtime Show d'Ufotable.

Et c'est presque aussi bien que Cowboy bebop.


Ils sont animés.


MP7


Presque bien proportionné.


Le calme avant la tempête...


Souvenir...


Le délire commence...


Pierrot le fou a fait une cure de rajeunissement.


Fusé... aussi.


L'important, c'est de s'amuser.


Mais ce n'est pas pour ça qu'on va s'interdire de massacrer la chair à canon...


Soudain, une roquette de RPG7 vous empale par le dos...

Même Ghost in the shell est dans le coup (je laisse juste le lien, c'est un spoiler qu'il peut être sympa de ne pas révéler)

9
Manga et Anime / Freedom project
« le: 13 Juillet 2006, 13:14:42 »
Suite à une news de catsuka, j'ai rappatrié le nouveau trailer streaming de Freedom Project, vous pouvez le télécharger ici
Sympathique, ça a l'air très sympathique...

10
Manga et Anime / Suzumiya Haruhi no Yuuutsu
« le: 1 Juin 2006, 23:14:48 »
Pendant que RF online se lançait et téléchargeait ses patch, je me suis enfourné les épisodes Suzumiya Haruhi no Yuuutsu (bon, ce n'était pas SI long vu que le download a planté vers le milieu et que j'ai plusieurs fois visionné en avance rapide... :roll: ) et... j'ai ressenti l'impression d'un immense gâchi.
- C'est techniquement très bon (animation soignée).
- Le character design de l'héroine est réussi (tu m'étonnes... c'est elle qui attire le regard, pas la bunny girl à gros seins qu'elle dit utiliser pour la même fonction)
- On sent un travail approfondi dans la mise en scène (des plans ambitieux, avec toujours la technique qui assure derrière)
- Le thème se balade entre la catégorie "animes sur les otaku" (Comic Party, Cosplay Complex, Genshinken...) et celle des "animes sur les animes )" (Evangelion, Excel Saga, Dokkoider, 2x2 Shinobunden... parodies donc, mais pas forcément humoristiques vu ce que donne Eva)

Et c'est tout.

Et c'est bien le problème.

Les références à l'animation japonaise pullulent à un niveau rarement atteint dans chaque épisode, mais au final, l'anime n'existe que pour ça : les accumuler artificiellement (mais avec les qualités de mise en scène et techniques citées plus haut, ce qui fait que ça se laisse regarder, du moins les premiers épisodes) autour de... rien. Tout comme le club monté par l'héroïne braillarde dans un but inconnu de tous ses membres forcés, tout comme les classiques "épisodes remplissages" (match de baseball (ça aurait pu être n'importe quel sport d'équipe), vacances à la plage...) qui arrivent extrêmement rapidement ( même plus puisque les épisodes ne sont carrément pas dans l'ordre chronologique) , ah ça c'est sûr, ils assument leur concept...).

Une parodie c'est bien, mais elle ne se suffit pas à elle-seule... L'anime n'apporte rien d'original, si ce n'est l'héroine Haruhi... et faire reposer toute une série (fût-elle courte) sur les épaules d'un seul et unique personnage (qui est de toute façon un dérivé du cliché de la "fille énergique" qui s'excite et brasse beaucoup de vent pour pas grand chose), c'est vraiment très très juste... D'autant plus que la volonté évidente de parodier/référencer TOUS les domaines de l'animation japonaise en plus des otakus oblige à se disperser énormément (ce qui explique d'ailleurs d'une certaine façon le passage du coq à l'âne entre chaque épisode qui plaît apparement beaucoup),  en plus du foisonnement de références probablement obligatoire du fait du nombre d'épisodes réduit (Excel saga avec ses 26 volets pouvait se permettre d'annoncer clairement la parodie de quelque chose de précis à chaque épisode, 2x2 Shinobunden avait contourné le problème en divisant chaque épisode en deux).

- J'ai passé en accéléré le mauvais film amateur du premier épisode (volontaire et assumé, certes... mais mauvais quand même : je ne suis ni prof ni élève en cinéma et je ne prendrais aucun plaisir à lire une rédaction rédigée volontairement maladroitement par un professeur).
- J'ai apprécié le coup de la coupe de cheveux journalière (quoique sa justification sur les jours de la semaine est un peu trop ordonnée, une véritable parodie se serait coltinée une coupe imprévisible, et surtout qui aurait continué à changer après que les cheveux aient raccourci (habituel cliché du "je change, je me coupe les cheveux qui n'est donc finalement pas parodié, lui :cry: )) de l'épisode 2.
- J'ai été étonné de visionner l'épisode 3 sans ennui ni accélération alors qu'il ne s'y passe strictement rien.
- Je n'ai pas non plus subi le match de baseball le plus prétexte de l'histoire de l'animation japonaise (ep 4).
- J'ai commencé à décrocher à l'épisode 5, où on entre dans la justification "de la clef du scénario" (qui pue la blague à plein nez et qui a été retardée par l'épisode baseball qui a en fait lieu après) qui sonne comme l'aveux et la confirmation de l'absence totale de justification scénaristique justement (l'anime fonctionne sans fondation, dans ce genre de cas, il aurait été peut-être plus judicieux de se lancer dans une fuite en avant pour repousser autant que possible le décrochage... voir dévoiler des fondations alternatives vraiment intelligentes à la fin ???).
- L'épisode 6 est l'épisode plage que j'ai accéléré dès qu'il vira en parodie des animes d'enquètes que j'ai en horreur (Détective Conan, Spiral, etc...).
- L'épisode 7 m'a fait découvrir l'espace d'un instant d'horribles CG (vivent les films de monstres de la Toho...) qui piquent diablement les yeux à côté des personnages.
- L'épisode 8 (deuxième partie de l'épisode plage/enquète) ne risquait pas d'emporter mon crédit (une seconde quand même, lorsque l'héroine fait passer rapidement sur son visage une émotion autre que le masque fatiguant de la joyeuse braillarde de service).
- L'épisode 9 est aussi vide que le 3, mais là l'attrait de la nouveauté a disparu et je voyais beaucoup trop que la machine tourne à vide pour ne pas m'ennuyer...

Même s'il n'est pas difficile de le justifier par une référence, je regrette enfin beaucoup que la danse de groupe de l'end ne soit pas continue (elle est entrecoupée des crédits et d'images fixes qui cassent le rythme, on aurait pu séparer l'écran en deux ou la mettre en toile de fond).

11
Production I.G. / Nouvel anime basé sur GITS annoncé
« le: 25 Février 2006, 23:42:27 »
http://www.animenewsnetwork.com/article.php?id=8430

Une coproduction Bandai/Production IG, pas plus de précisions.

12
Autres studios et productions / [JEU] Appleseed [TEST SNES]
« le: 23 Février 2006, 22:04:08 »
Test du jeu Appleseed sur Super NES
par faëlnor

1996 - développeur : VISIT

1- Premier contact

Apparemment, l'histoire suit de loin les volumes 1 et 2 d'Appleseed, et on se réjouit donc à l'idée de buter du landmate et de déconnecter Gaia, rien que pour le fun. Fébrile, on appuie donc sur toutes les touches pour savoir laquelle correspondra à "START" et, miracle, le jeu démarre enfin.

Première constatation : c'est moche. Quand on connaît le niveau des graphismes sur Super Nes à cette époque (regardez Castlevania Dracula X, par exemple), on se dit : "peut mieux faire". C'est pas horrible, c'est juste médiocre. Les persos se voient de plus affublés de 6 misérables sprites, c'est tout dire. Je m'explique : dans un jeu 2D, quand on veut faire avancer un perso, on ne se contente évidemment pas de le translater. Des images, ou sprites, représentant les différentes positions de la marche sont successivement affichées pour donner l'illusion du mouvement. Et bien dans Appleseed, il y en a 6 :
 Debout au repos
 Debout avec l'arme
 Debout, le pied gauche avancé
 Debput, le pied droit avancé
 Accroupi au repos
 Accroupi avec l'arme

Ceux qui ont déjà joué à Aladdin ou Donkey Kong comprendront.


Me voilà ! Notez la magnificence des décors

En ce qui concerne le reste des graphismes, c'est passable, sans plus. Les méchas auraient pu être plus mal dessinés, de même que les ennemis. Les boss sont même parfois assez jolis. Mauvais point par contre pour les décors qui sont ultra-répétitifs et jamais originaux.


Ce point rouge-orange au dessus de moi est en fait une grenade. Pas d'inquiétude ! Il faut s'en prendre une bonne trentaine pour mourir.



2- Le gameplay

On aurait espéré que les développeurs rattrapent le coup sur le gameplay. Et bien non, c'est encore pire. Les niveaux se résument à ouvrir le maximum de portes en actionnant les bons interrupteurs, puis à aller latter le boss. C'est chiant et linéaire à mourir. De plus, les boss sont d'une difficulté capable de décourager le plus acharné des fans d'Appleseed. Je n'ai jamais fini le jeu : dès le troisième monde, je n'en pouvais plus, et c'était pas faute d'avoir essayé...


Ce truc dans le mur est un panneau qu'il fallait absolument détruire pour passer à la suite. Au bout du trentième, ça commence à ennuyer.

Que reste-t-il à décrire ? Ah oui ! Les armes ! Bon on va faire court, simplement pour dire que les "balles" sont de gros points jaunes qui traversent l'écran à la vitesse d'une tortue unijambiste coincée sur le dos et que pour couronner le tout, les différentes armes (bazooka, grenade, flingue...) n'ont pas de différences flagrantes de puissance. Ca laisse une impression totalement surréaliste... pour un jeu théoriquement adapté d'un manga de Shirow. Dernière critique et après j'arrête, la vie n'est pas affichée et ce n'est qu'après s'être ramassé douze grenades, trois missiles et une quarantaine de chargeurs de balles explosives dans la tronche qu'on s'aperçoit que le perso commence à prendre une légère teinte rougeatre. Quand il est complètement rouge, il meurt. Super.


Arrête, tu vas me faire rougir !



3- Le reste

Que dire d'autre ? On commande alternativement Briareos et Dunan pour chaque niveau. La bande son n'est pas si mal, malgré des bruitages assez sommaires. Le jeu prend beaucoup de distance par rapport au manga et n'est en fait qu'un prétexte à bourriner sur des boss "Shirow-like". C'est marrant un moment, mais ça pert très vite son intérêt.



Ah ! Mince alors ! Une porte bloquée ! Ca ne fait que la dixième !

Je ne vous ferai pas l'affront de donner une note au jeu comme on le fait dans les magazines, mais je vous conseille vivement de l'essayer pour vous faire une idée... ...mais seulement si vous avez du temps à perdre, parce que ça ne vaut pas le coup, désolé. Appleseed est un mauvais jeu, dans la mesure où on ne s'amuse pas (plutôt embêtant, pas vrai ?). Les fans de Shirow n'y trouveront pas non plus leur compte. Les quelques screenshots parlent d'eux même, je pense que je vais m'arrêter là. ^_^

Faëlnor


4- La nouvelle mouture en préparation sur PS2
Mise à jour par fuchi

A l'occasion de la sortie de du film Appleseed en cell-shading en 2004 (et en principe par la suite d'un second film et d'une série TV), un nouveau jeu Appleseed est actuellement développé par SEGA. Les seules infos disponibles consistent en un trailer disponible sur le site officiel, extrait de toute évidence d'une des deux futures productions (si c'est bien ça c'est rassurant ; en effet si GITS psx avait droit à des séquences animes propres, GITS SAC sur PS2 n'en a aucune, et n'en récupère pas de l'une ou l'autre série SAC) et entièrement en précalculé. On reconnaîtra bien sûr un copier-coller de l'assaut du chapitre "Répétion générale" du volume 4 du manga original, l'entrainement en moins au vu de la raclée que récoltent les méchants cyborgs...

L'aspect technique reste sujet à caution : aucune image ingame n'est encore connue et la PS2 n'est en principe pas capable de rendre correctement l'aspect particulier du cell shading du film en temps réel.
Cependant SEGA reste un "grand" éditeur (leurs meilleurs jeux sont sur PC aujourd'hui, mais bon...) et ce qu'avait réussi Cavia pour GITS SAC PS2 indique qu'on peut malgré tout arriver à quelque chose de correct...

On peut tabler sur une sortie simultanée avec le deuxième film et/ou la future série TV Appleseed, en 2006 d'après le site du jeu.

Dans un autre registre, un RPG texte online (le genre de truc qu'on joue à travers les forums) existe au Japon (et évidement, uniquement en Japonais). Ce truc qui n'atteindra probablement jamais nos contrées se nomme "APPLESEED THE ONLINE".

13
Il y a maintenant de cela un peu plus d'un an, Bandai, grand producteur de jeux à licence pourris (les jeux, pas forcément la licence) devant l'éternel, mandatait Cavia, petit développeur nippon, pour réaliser l'adaptation sur playstation 2 de la série GITS : Stand alone complex. La sortie européenne (et l'éventuel projet de certains d'entre-nous de se la procurer) est l'occasion de revenir sur ce qui a failli être un jeu à licence réussi (c'est si rare). Avant toute chose, il est important de préciser que le jeu est prioritairement adapté de la série TV et non des films, du manga papier ou encore du jeu psx. Même si le scénario est original (et, un peu crétin niveau crédibilité, même s'il est assez fouillé), l'esprit est clairement celui de SAC et reste donc à mon sens relativement éloigné de celui de Shirow. Pour résumer, et sans trop rentrer dans les détails ni faire de spoiler (si vous ne voulez rien savoir, passez au paragraphe suivant), nous dirons juste que le synopsis implique les micromachines plus ou moins de la même façon que dans la première saison de la série.


Le "head gear" habituel, notez la traduction un peu littérale (ops (operation) > opé)




"Un peu littérale" je disais !


Si l'on excepte les lèvres odieusement siliconées, le character designer ne s'en est pas trop mal sorti.

Une semi-réussite technique...

Cavia étant connu pour être un développeur assez cheap, on pouvait avoir quelques doutes sur la qualité de la réalisation. Et le début du jeu est loin d'être rassurant sur ce point : la maniabilité de Kusanagi est catastrophique, une musique d'ambiance de quelques notes tourne en boucle (ça s'améliore un petit peu par la suite), le terrain de jeu est assez limité et en prime un avion (ils ne se sont pas foulés, c'est un vieux Boeing 747... on sent qu'ils n'ont pas encore acheté d'A-380 au Japon) passe régulièrement au raz des toits pour aller se poser... au cœur de la ville, là où le bitmap de fond laisse entrevoir les plus hautes tours...


Le fameux 747 qui passe toutes les trois minutes.

Pas brillant donc... et pourtant l'ensemble est finalement à la hauteur d'un jeu PS2 moyen. Les textures ternes (PS2 oblige) recréent des décors bétonnés passablement détaillés. La modélisation des personnages est également acceptable (Motoko y gagne un visage moins vulgaire que dans la série tv SAC et plus proche de celui qu'elle arborait dans le jeu psx, jeu qui rappelons-le, n'a rien à voir avec celui-ci). Il n'y a pas non plus à se plaindre de l'animation.


L'hélico a rotors basculant est toujours là, même si on le voit un peu moins après à cause du scénario.

... gâchée par un gameplay abominable

Mais jouable tout de même... SAC est en fait dramatiquement touché par le syndrome des FPS consoles : le stick analogique droit est utilisé pour orienter le viseur (ainsi que la caméra puisqu'on joue en troisième personne) sans qu'aucun lock ou auto-lock n'apparaisse. Il arrive de tomber face à face avec un ennemi et de laisser passer plusieurs secondes avant de parvenir à placer le viseur dessus. L'adversaire semble avoir le même genre de difficultés puisqu'il ne tire pas toujours très juste (ce qui laisse le temps de l'ajuster soi-même, mais cela reste très frustrant). Comme précisé plus haut, la caméra s'oriente avec la même commande... et pas autrement. Aucun suivi automatique de l'orientation n'existe, et il est tout à fait possible d'avancer sans savoir où on va si on ne bouge pas la caméra soi-même. Je me suis souvent laissé aller à rêver que la version US, puis la version européenne résoudrait le problème (un auto-lock, ce n'est quand même pas bien compliqué à programmer...), mais il n'en est rien. Éventuellement, l'adaptateur "FPS friendly" permettant de brancher un clavier et une souris sur la PS2 pourrait compenser cette lacune, mais je n'ai pas l'intention de le tester, dans la mesure où je suis très loin d'être amateur de FPS console (à quoi bon y jouer alors qu'il en existe de bien plus beaux et fluides sur PC ?) et où il est de toute façon un peu tard alors que j'ai déjà fini SAC en JAP et en US (et exploré rapidement la version européenne).


Une petite oasis de béton dans la montagne japonaise...

Autre défaut à inscrire dans le registre du bureau des pleurs : l'impossibilité de transporter plus de deux armes à la fois (qui plus est seule l'arme équipée apparait sur le personnage, alors l'excuse du réalisme ne tient pas debout). Cette bizarrerie, combinée à l'obtention aléatoire des armes sur les cadavres des ennemis, dictera souvent la prudence au joueur, qui gardera ainsi son PM (Pistolet Mitrailleur) Seburo de base et une arme plus puissante (lance-roquette par exemple) "au cas où", en se forçant à négliger d'autres joujoux pourtant intéressants tels que le fusil à pompe ou le fusil d'assaut à très haute cadence de tir AR-27. Conseil : si vous jouez en difficulté easy ou normal, vous pouvez vous permettre de jeter votre seburo, même pour prendre une arme dotée de peu de munitions, énormément d'ennemis étant de toute façon dotés d'un PM assez semblable et la plupart étant facilement éliminables au corps à corps. On peut supposer que cette limitation du nombre d'arme transportable ait été implémentée à la base dans le cadre du deathmatch car oui, il y a un mode deux joueurs (en écran splitté).




Ça pour faire des coup de pied sautés au ralenti, il y a du monde...

C'est dans ce mode "multi" qu'interviennent la plupart des secrets débloqués dans le jeu solo, comme des armes, des skins, des personnages, des robots... et le tachikoma. Voilà l'occasion de lever le voile sur les personnages jouables : le mode solo alterne entre Kusanagi et Batou ainsi que, pendant une soixantaine de secondes (plus si vous faites artificiellement durer le plaisir), le tachikoma, qui ne peut pas s'accrocher aux murs, contrairement au fuchikoma du jeu psx T_T On peut donc toujours se consoler en multi-joueurs, mais c'est un peu léger.


Un petit bonus, jouable évidemment uniquement en hacking, et encore une fois pas longtemps.

Continuons sur les personnages jouables dont il faut noter un caractère assez récurrent dans l'animation : le ralenti. Un combat au corps à corps occasionne systématiquement un ralenti lors du dernier coup (mortel pour l'adversaire). Il arrive épisodiquement que le chemin soit bloqué par des snipers tuant d'une seule balle Motoko/Batou qui perd alors l'intégralité de son équipement (encore un aspect pour le multijoueur ça...) dans une culbute au ralenti. Enfin, et c'est le plus étrange : tout saut occasionne un ralenti tant que Motoko/Batou est en ascension (et les petites couettes - je ne vais pas appeler ça des favoris quand même...-) qui pendent devant les oreilles du Major se soulèvent, si si).



La mort très FPS multijoueurs du personnage (les armes s'éparpillent autour).

Si l'on excepte les problèmes de gameplay, la progression n'est pas bien compliquée du moment qu'on ne se retrouve pas face à des snipers (technique : le hack sur un autre sniper ou le lance-grenades) ou qu'on n'est pas gêné par le syndrome "jeu de plateforme 3D mal foutu" (pas de panique, ça arrive à tout casser 3 fois dans le jeu, et c'était une seule fois sur psx). Lorsqu'ils sont à distance, les ennemis pensent parfois à se mettre à couvert entre deux tirs (toujours au même endroit, faut pas trop demander non plus). Ils ne nous font pas la honte de courir contre les murs (je n'ai vu qu'un seul cas de malheureux bloqué par le décor, et c'était avec un ennemi aérien). Même remarque que pour la technique : c'est correct... pour un jeu PS2 (faites-moi ce genre d'à peu près aujourd'hui sur PC ou demain sur PS3 et j'envoie un fuchikoma (oui un seul, c'est largement suffisant) raser le studio de développement).


Et c'est bien dommage, on n'a le camouflage thermo-optique que pendant très peu de temps (de l'ordre de la minute) à certains moments très prècis (et très rares) du jeu T_T

GITS, mais de loin...

En plus du tir direct et du corps à corps, il est possible de hacker certains ennemis en passant une petite épreuve d'adresse, mais l'idée est assez peu exploitée (et le temps disponible pour contrôler la victime souvent trop limité). De la même façon que dans la série, plusieurs éléments bruts du manga sont repris et placé dans une ambiance souvent assez différente de l'origine. A mon sens, il manque là ce qui avait été fait pour le jeu psx : des séquences animes exclusives qui rappelaient fortement l'esprit Shirow et détendaient une atmosphère parfois assez déprimante (vous êtes sûr de vouloir un futur comme ça ? Parce que même si oncle Shirow anticipait un peu trop pour les dates, ça va arriver et c'est même déjà en train de prendre forme). Les doubleurs de la série SAC étant déjà présents, cette absence totale d'animation 2D (les cinématiques sont en 3D temps réel) fait malheureusement un peu cheap et résume le verdict : nous avons un jeu très moyen qui aurait pu être bon.

Puisque les orientations successives de Shirow et de ses œuvres dérivées prennent des chemins différents, et créent du même fait des courants d'intérêts différents parmi les admirateurs du vénérable monsieur (voilà, j'ai fait une pirouette pour ne pas vous traiter de fan(atiques), je suis prévenant, hein ?), je vais m'essayer à un petit exercice de style sur le thème :

"A qui s'adresse cette galette de plastique grise ?" (Oui c'est un DVD, la surface d'un DVD c'est gris, n'en déplaise à Sony qui aimerait bien voir tous ses disques PS2 violets)

Si vous êtes de ceux (et j'en suis) qui suivent Shirow depuis Appleseed et/ou GITS papier (voire Black Magic, Orion et Dominion tank police), que vous avez apprécié ses scénarii et environnements recherchés, ses réflexions sur les problèmes d'aujourd'hui à travers ceux de demain (devinez quoi ? on appelle ça la Science-fiction ^__^), bref que vous recherchez désespérément un renouveau "éclairé" de l'auteur qui n'arrivera peut-être jamais, GITS SAC PS2 n'est pas forcément indispensable pour vous. Et si vous décidez quand même d'y jouer, approchez-le avec un recul suffisant pour repérer les "éléments shiroïsants" qui vous amèneront peut-être à vous remémorer des souvenirs de lecture plaisants. Reconnaître ou non le scénario comme digne de l'auteur vous appartiendra (pour moi il ne l'est pas), mais sachez simplement qu'il comporte beaucoup d'invraisemblances qui manquent cruellement de la fameuse petite note de Shirow pour justifier "oui, ça a l'air bizarre de faire ça, mais à cause de ça, ça et ça, j'ai choisi de faire comme ça et j'assume".

Si vous êtes tombés sous le charme de la série tv Stand Alone Complex (vous aurez compris que ce n'est pas mon cas), ce jeu est fait pour vous : l'ambiance est proche de celle de la série, les doubleurs sont là, l'embonpoint de Batou aussi, le scénario vous rappellera assurément quelque chose... bref, ce n'est pas pour rien que le jeu porte le même nom que la série tv ^_^

Si vous êtes amateurs des BPC Galgrease, heu... rien ne vous empêche d'essayer même si le thème est assez différent... Souvenez-vous simplement qu'il s'agit bien là d'une œuvre dérivée de l'univers de Shirow, donc non représentative de son style original...


Souvenir souvenir...

Tant que je suis dans l'expérimental, je vais utiliser des qualificatifs au lieu des traditionnels chiffres pour les notes Très mauvais ; Mauvais ; Moyen ; Bon ; Très bon

Graphismes : moyens à bons

Technique : moyen

Son : très mauvais à mauvais

Jouabilité : mauvais à moyen

Intérêt : moyen, enfin remontez un peu plus haut : ça dépend aussi de vous ^__^

Et n'oubliez pas que tout ce blabla n'est que l'avis d'une personne (même si j'ai essayé d'être aussi informatif que possible, je dis bien informatif et pas autre chose).



Les deux endroits entourés correspondent à chaque fois au point d'où l'autre photo a été prise. Même si tout est gris béton, la profondeur de vue (ici du moins) est appréciable (notez la guèpe robot sur la deuxième image à gauche

fuchi

14
Manga et Anime / Rescue wings (Yomigaeru Sora)
« le: 13 Février 2006, 16:54:31 »
Je crois qu'on tient un des rares animes adultes de la saison.

Ça raconte les déboires d'un pilote d'hélico de secours du JASDF, de nos jours. Je dis déboires parce que c'est vraiment pas une page de pub façon top gun.
Rien qu'au début le type se retrouve pilote de tondeuse à gazon renversée alors qu'il aurait voulu être pilote de chasse et un camarade de promo qui lui a réussi (et vole sur F-15) vient presque le narguer...

Trois épisodes sont déjà fansubbés (ça couvre sa première mission, et le Japon étant fortement sujet aux catastrophes naturelles, il devrait y en avoir pas mal encore).

Le site officiel :
http://www.rescue-w.jp/

Pour le fansub, toujours la même adresse :
http://www.baka-updates.com/releases.php


SEGA ? S'ils pouvaient nous faire le prochain Air ranger avec le moteur d'Aerodancing 4, j'aurais rien contre, tiens...


Génial, ils ont déjà les téléphones numériques partout au Japon...


Les base aériennes sont mixtes civiles/militaires dans l'archipel ???



Un sponsor que j'ai du mal à rattacher au thème de l'anime, mais bon...


On ne rigole pas avec le détail (et c'est l'épisode 3, pas le premier).

15
Production I.G. / Kerberos panzer cops (Jin-roh)
« le: 14 Décembre 2005, 03:11:37 »
Je viens de découvrir que le manga de Mamoru Oshii (Kerberos panzer cops), à l'origine du film Jin-roh (dans lequel est impliqué Production IG, vous suivez ?) a été édité par Dark horse en anglais il y a de cela plus de dix ans (alors que j'essaye tant bien que mal, et sans succès, de mettre la main sur l'édition japonaise depuis des années... :cry: ).

C'était juste pour savoir si quelqu'un était déjà au courant ou si j'étais le seul à débarquer.

LE lien par qui tout est arrivé :
http://www.angelfire.com/anime3/jinroh/manga.html
(ne vous fiez pas aux couvertures style comics, c'est du manga bien réaliste (et scénarisé par Oshii) dedans).

Pages: [1] 2